logo
logo

Actuellement

OUVERT

Qu’est ce que l’infiltrométrie?

L’infiltrométrie est une technique permettant de contrôler l’étanchéité à l’air d’un bâtiment. 
Elle consiste à détecter et visualiser les flux d’air parasites s’infiltrant à travers l’enveloppe d’une construction (châssis, cloisons, fissures, éléments d’évacuation,…) quelque soit son type (immeuble, maison individuelle, local,…) ou son âge (bâti neuf ou ancien en vue d’une rénovation).

 
Le but d’un test d’infiltrométrie ou Blower-Door test "test porte soufflante" est de localiser et  de mesurer les fuites d’air (c’est-à-dire la quantité d’air non désiré rentrant dans un bâtiment) afin d'y remédier et de limiter les déperditions énergétiques d’un bâtiment.
Les avantages de l’infiltrométrie
. Obligatoire:
 Pour l’obtention des labels de performance énergétique: Effinergie, MinergieP, Passivhaus)
 Pour tous les permis de construire déposés depuis le 01/01/2013 -  Conformité RT 2012 - Conformité RT 2020
Nécessaire: 
. Diminution du coût énergétique d’un bâtiment (entre 5% et 15% d’économie)
. Amélioration de la qualité de l’air intérieur
. Amélioration du confort acoustique
. Pérennité du bâtiment accrue
Normes et Réglementation
Les mesures réalisées lors d’un test d’infiltrométrie répondent aux normes européennes et à la RT 2005 (réglementation thermique 2005) en vigueur. Elles sont obligatoires pour l’obtention des labels Effinergie (BBC+, BEPOS) tant sur le bâtiment neuf que l’ancien. Elles visent à améliorer la performance énergétique globale d’un bâtiment et de valider la qualité de sa construction. Ces normes s’inscrivent dans une démarche qualitative de tous les acteurs de la construction.
RT 2005 : réglementation devant être appliquée à toutes les constructions neuves et aux parties nouvelles mais pas aux travaux de rénovation dont le permis de construire a été déposé à partir du 1er septembre 2006 (Journal Officiel du 25 mai 2006, décret n° 2006-592 du 24 mai 2006 et arrêté du 24 mai 2006). Son principe est de comparer le bâtiment étudié à un bâtiment de référence, semblable géométriquement, mais aux caractéristiques techniques pré-définies dans la réglementation.
RT 2012 : cette norme publiée le 27 octobre 2010 est appliquée depuis le 28 octobre 2011 pour les bâtiments publics d’enseignement, d’accueil de la petite enfance et les bâtiments tertiaires.
Elle s’applique à tous les bâtiments résidentiels depuis le 1er janvier 2013
La RT2012 s’aligne sur le label BBC, obligeant ainsi les habitations neuves à consommer au maximun:
 50 kWhep/m²/an suivant sa zone climatique. Elle concerne les cinq usages suivants : chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires et refroidissement. En outre, la perméabilité à l’air du bâtiment devra être inférieure à 0,6 m3/h par m², soit un débit maximale de 0.6m3 en 1 heure pour une surface de 1m² de paroi froide (hors plancher bas) sous 4 Pa de différence pression.

Un bâtiment à énergie positive (BEPOS) est un bâtiment qui produit plus d’énergie (électricité, chaleur) qu’il n’en consomme. L’orientation est donnée dès maintenant avec le label BEPOS Effinergie 2013. En préalable, le bâtiment producteur d’énergie doit être faiblement consommateur. Il doit répondre aux exigences du label Effinergie+. De plus une évaluation du potentiel d’écomobilité et une évaluation de la consommation d’énergie grise seront réalisées.
Pour atteindre cet objectif de la RT 2012 il est souhaitable de réaliser 2 tests :
. Le premier est effectué en cours de construction (bâtiment hors d’eau-hors d’air). Il permet d’évaluer et de corriger les défauts de mises en œuvre, bien avant la mise en place des doublages. 

. Le second est réalisé à l’achèvement des travaux. Il détermine la valeur finale du débit de fuite de la construction. A ce stade, il est très difficile d’entreprendre des travaux de correction d’étanchéité à l’air. 

. Seul le test de perméabilité à l’air en phase finale permet de répondre à la réglementation, le test en cours de chantier garantit une démarche de qualité et prévient tout litige.
Procédure de test
* Matériels utilisés
. 1 Porte Soufflante ou Blower Door sur laquelle est positionné le ventilateur qui créera
  une dépression à l’intérieur du local

. 1 Appareil à fumée

. 1 Anémomètre

. 1 Caméra Thermique infrarouge

. 1 Ordinateur permettant de collecter et d'exploiter les données de mesures
* Déroulement du test
Les ouvertures en accès sur l’extérieur sont fermées (portes, fenêtres,…) alors que les portes intérieures restent ouvertes pour assurer une bonne circulation de l’air. Le système de ventilation est arrêté et les bouches d'entrée et d'extraction d'air sont calfeutrées.
L’environnement du test (pression atmosphérique, altitude, vent,…) est également pris en compte pour valider les mesures. Une fois les préparatifs terminés, il convient de mettre les locaux en dépression (ou pression) en actionnant le ventilateur de la "fausse porte" et de mesurer le débit réel correspondant au total des fuites.
Les infiltrations d’air sont précisément visualisée grâce :

à l’appareil à fumée qui révèle les déplacements d’air
à l’anémomètre qui mesure le déplacement de l’air
à la caméra infrarouge qui permet de différencier les zones froides (entrées d’air provenant de l’extérieur) des zones chaudes grâce à des coloris différents.